C’est en vous parlant dans l’un de nos derniers articles du Zouave et des ponts de Paris, qu’on a eu envie de vous concocter un petit article consacré aux crues historiques qui ont eu lieu dans la capitale. Et finalement, on a découvert que la crue de juin 2016 encore fraîche dans nos mémoires n’était pas la crue la plus impressionnante qu’a connu Paris, loin de là…

Comment la Seine déborde-t-elle ?

A partir du moment où le niveau des eaux augmente, on peut parler de crue. Mais c’est bien souvent lorsque le niveau atteint un certain seuil que l’on en entend parler. Parfois ce seuil peut s’avérer critique. On peut ainsi parler de crue centennale, ce qui signifie qu’elle a 1 chance sur 100 de se produire chaque année. C’est probablement le cas pour les crues de 1658 ou encore de 1910 et même celle de 2016 ! Ces grandes crues durent alors plusieurs semaines puisque le niveau d’eau monte rapidement mais la descente se fait de manière bien plus lente.

Ceci se produit notamment en fonction de plusieurs facteurs mais surtout lorsque, conjointement, la Seine, la Marne, l’Aube et l’ Yonne se remplissent avec les intempéries. Lors des crues ont peut ainsi utiliser ce pauvre Zouave qui se voit presque noyé par la Seine, mais c’est surtout une échelle bien précise que l’on prend pour comparer les crues : celle du Pont d’Austerlitz. La hauteur moyenne de la Seine au niveau de ce pont y est d’1m et elle est montée à plusieurs reprises à plus de 7m…

La crue de 1658 entre réalité et récit

La crue de 1658 serait la plus grosse crue qu’aurait connu Paris. Mais s’il ne fait aucun doutes que celle-ci a bien eu lieu, il est difficile de connaître avec précision les dégâts commis ainsi que le pic de montée des eaux. Toutefois, la montée des eaux fut estimée jusqu’à environ 8m95.

C’est après un hiver très rude, puis, une soudaine fonte des glaces en février que cette crue s’est produite. De nombreuses victimes furent à déplorer et un plan hypothétique a été monté plus tard afin d’estimer les dégâts provoqués par les eaux. Il est difficile de se rendre compte des dommages causés par cette crue car cela peut dépendre d’une crue à une autre. Toutefois, de nombreuses caves ont été inondées et deux arches du Pont Marie n’ont pas survécu à la violence de l’événement. Rappelons d’ailleurs qu’à cette époque encore, des maisons et des commerces se trouvaient sur les ponts parisiens. C’est ainsi, 22 maisons environ qui se seraient écroulées avec les arches.

Plan hypothétique de la montée des eaux causée par la crue de 1658

Mais ce n’est que progressivement et sur le temps long que des mesures ont été mises en place afin de limiter les dégâts causés par les crues. Bien que cela n’empêche pas la nature de reprendre ses droits…

Les vifs souvenirs de 1910

Depuis 1658, de nombreuses crues sont passées mais aucune à la hauteur de celle qui s’est produite en janvier 1910. Encore relativement récente et avec de nombreuses photos à l’appui, cette crue reste marquée dans les mémoires.

C’est après un automne et un début d’hiver très pluvieux (environ 2 fois plus que les normales saisonnières) que cette crue débute suite à de nouveaux épisodes de pluie le 20 janvier 1910. La Seine atteint ensuite son pic 8 jours plus tard avec une hauteur de 8m60 à l’échelle du pont d’Austerlitz recouvrant ainsi les épaules du Zouave du Pont de l’Alma ! Une grande partie de la ville est inondée et de nombreuses personnes furent sinistrées. Si le niveau de la Seine est redescendu dès le 30 janvier, il faudra attendre mi mars pour que le fleuve retrouve son niveau habituel.

Aujourd’hui de nombreuses mesures sont mises en place afin d’éviter au maximum que ces crues historiques ne se reproduisent. L’alerte crue est ainsi lancée dès les premières montées des eaux. Mais cela n’a pas empêché la crue de juin 2016 et les chamboulements qu’elle a créé dans la capitale que ce soit pour les transports en commun ou bien pour la mise à l’abri des collections des musées.

En bonus, on vous met quelques images en plus de cette impressionnante crue de 1910.

La Chambre des Députés, 1910

Paris, avenue Ledru-Rollin, janvier 1910

Station Carrefour de l’Odéon après l’inondation causée par la crue de la Seine, 1910

 

O.F.