Mort et enterré sur l’île de Sainte-Hélène, puis rapatrié à Paris, une troisième tombe de Napoléon Bonaparte se cache non loin du tombeau des Invalides.

Dans un petit jardin coincé entre l’église Saint-Louis des Invalides et la boutique du musée des Invalides se trouve la véritable pierre tombale de Napoléon Ier ! C’est sous cette même pierre que l’empereur des français a été inhumé le 9 mai 1821 à Sainte-Hélène.

Le retour des cendres

En 1840, dans un but de récupération politique, le roi Louis-Philippe octroie de la Grande- Bretagne le droit de rapatrier les cendres de Napoléon Bonaparte à Paris. C’est son propre fils, le prince de Joinville qui, à la tête du navire La Belle-Poule, va ramener la dépouille de l’empereur déchu, ainsi que sa pierre tombale. Appareillant de Toulon à destination de Sainte- Hélène le 7 juillet 1840, l’expédition est de retour en décembre de la même année. Le 15 décembre, le cercueil est transporté du pont de Neuilly jusqu’aux Invalides. Le choix de ce lieu n’est pas anodin, le pouvoir en place souhaitant considérer Bonaparte non comme un grand dirigeant, mais que comme un grand général français, il décida de l’inhumer aux Invalides aux côtés des autres généraux français. Depuis ce 15 décembre, Napoléon Bonaparte repose au sein de ce monument. Il fut d’abord installé dans une petite chapelle : la chapelle Saint-Joseph. Ce n’est que le 2 avril 1861 sous le deuxième empire, que le cercueil de Napoléon est transféré dans le sarcophage de Louis Visconti que nous connaissons aujourd’hui, disposé sous le dôme des Invalides. La pierre tombale, rapportée en 1840, en même temps que la dépouille de l’empereur de Sainte-Hélène, est placée dans l’église Saint-Louis des Invalides jusqu’en 1978. A cette date, elle est déplacée dans ce petit jardin jouxtant l’église.

Napoléon Invalides

L’absence d’inscription

Cette pierre tombale ne comporte étonnement aucune inscription. Cela s’explique par un désaccord entre les Français et le gouverneur de l’île de Sainte-Hélène lors de la mort de Napoléon. Le gouverneur de l’île Hudson Lowe refusa catégoriquement que l’on inscrive sur la pierre tombale « Napoléon Ier ». Il proposa l’inscription « général Bonaparte » qui sera refusée par les Français conduisant à ce que la plaque reste vierge de toute inscription. Les derniers fidèles de « l’empereur des Français » aujourd’hui ont donc le choix entre trois tombes pour se recueillir : le tombeau des Invalides, la pierre tombale à côté de l’église Saint- Louis des Invalides, ou la tombe originelle se trouvant dans la vallée du tombeau à Sainte- Hélène.

Napoléon Invalides